Andréas Becker, La folie dans sa langue

Dans la chronique littéraire de L’Humanité du 11 octobre, Jean-Claude Lebrun se consacre à « L’Effrayable » d’Andréas Becker :
« L’auteur, né en 1962, signe à coup sûr le livre le plus insolite, pour ne pas dire le plus troublant, de l’automne littéraire. […] Rarement roman n’aura ainsi restitué ce pan du destin allemand. Ce personnage multiple, depuis son enfermement, porte seulement à leur paroxysme les mal-être successifs du pays, aujourd’hui en lui intériorisés. Le travail de métamorphose littéraire fonctionne à plein dans ce texte puissant, qui revivifie l’héritage expressionniste. »

Publicités