« Effrayable » ! Avons‑nous bien lu ?

« Effrayable ». Avons-nous bien lu ? S’agit-il d’une faute typographique ou d’un mot forgé par une contraction de la langue, « Effroi – effrayer » ?

Nous sommes au cœur du sujet de ce livre étrange et bouleversant. Un premier roman signé Andréas Becker qui parle et maltraite la langue de cette façon.

Image bande-annonce « Effrayable » – Karminol et Angélique, les deux faces du narrateur du roman d’Andréas Becker, vus par la réalisatrice Rachel Huet.

Une petite fille ou un monstre enfanté par un drame ancien ? Dans la chambre d’asile où le narrateur bicéphale est enfermé (Karminol / Angélique), se dévide l’histoire qui a engendré la folie de son dédoublement. « J’écrisse de l’intérieur de la grassouillette larme que je suis devenussée, moi petite fille que j’ai eu-t-été. »

Il faut remonter aux grands-parents, dans les années trente, en Allemagne, pour comprendre l’origine du choc « effrayable » qui a figé la vie du narrateur. Meurtres, viols, exactions continuent de semer la mort longtemps après avoir été commis et longtemps après la disparition de ceux qui en ont été les auteurs. Le docteur peut-il comprendre les violences innommables que le récit révèle sinon, comme le lecteur hypnotisé, en tentant de déchiffrer la langue torturée dont use son patient, où s’inscrivent les blessures, les déformations comme les marques indélébiles d’un traumatisme indépassable ?

Andréas Becker réussit dans ce premier roman le véritable tour de force de nous faire vivre la folie de l’intérieur et de la traduire dans la facture même du récit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s