Andréas Becker dans le Courrier cauchois

Le Courrier cauchois se fait l’écho de la belle initiative de Pascal Cottin, l’association « Caractères d’expressions », qui organise des cafés littéraires itinérants, et offre à ses lecteur un entretien avec Andréas Becker, qui était son invité à Bolbec le 30 novembre.

« Le premier roman de l’auteur allemand ne laisse pas indifférent. Certains le ferment au bout de quelques pages,  d’autres s’y plongent sans modération. »

Publicités

Andréas Becker à Bolbec


Les Informations dieppoises se font l’écho de la belle initiative de Pascal Cottin, l’association « Caractères d’expressions » qui, forte de ses 48 adhérents, organise des cafés littéraires itinérants. L’occasion de rappeler la présence d’Andréas Becker à Bolbec lors d’une rencontre qui aura lieu ce vendredi 30 novembre.

 

« L’Effrayable » : ce qu’en disent Pascal Cottin et Frédéric Chambe

On découvre aujourd’hui deux critiques de « L’Effrayable ».

La première nous vient du libraire Pascal Cottin, qui publie sur son nouveau blog lelibreerre.unblog.fr un article très intéressant sur sa plongée dans « L’Effrayable » :

« J’ai continué la lecture et alors, un revirement total s’est effectué ; j’ai vite senti le rythme Beckerien s’imprimant en moi et l’histoire s’est incrustée poussée par une langue brute et terrible. J’ai été happé par le récit.

Lorsque j’ai posé le livre, le titre résumait son contenu : Effrayable !

Il m’a fallu une bonne semaine, je continuais mes lectures, avant que je me décide à le relire. Mais là, tout haut. Et ce fut une révélation. Une langue extraordinaire créait des mots sur les maux. Je découvrais alors que la première lecture n’avait été qu’initiation. Il me semblait à certains moments vivre les tragédies décrites non pas par l’auteur mais par l’écrivain. Je sis sorti de cette voix haute abasourdi. »

Retrouvez l’article en entier sur le blog de Pascal Cottin. N’oubliez pas qu’il recevra Andréas Becker à Bolbec le vendredi 30 novembre !

_______________

Le second article nous vient de Frédéric Chambe, qui publie quant à lui sur son blog, l’Alexipharmaque, une critique très intelligente de « L’Effrayable », que l’on ne peut que vous inviter à lire :

« La dilution des JE, l’osmose des OÙ, le chaos des QUOI, l’interchangeabilité des COMMENT et des QUI, tout ça nous pose en fin de compte l’infernale question du POURQUOI. »

Retrouvez au plus vite la critique de Frédéric Chambe sur l’Alexipharmaque.

«L’Effrayable», coup de cœur de la rentrée sur Fnac.com

L’Effrayable d’Andréas Becker apparaît parmi les Coups de cœur  de la rentrée des libraires de la Fnac.

« Le narrateur raconte, malmène la langue, les mots sont distordus. Un livre qui provoque des sensations très fortes, très étranges, une angoisse à peine supportable. »

Les libraires, aussi, aiment «L’Effrayable»

La librairie Ptyx, « férocement indépendante », et qui ouvrira ses portes en septembre 2012 à Ixelles (Belgique), chronique sur son site internet L’Effrayable d’Andréas Becker.

« Il est parfois, en littérature comme en d’autres domaines, de ces tentatives “radicales” qui émeuvent déjà de par l’ambition et le courage que l’on est forcé de supposer dans le chef de qui en est l’auteur. Il y a une tension dans la prise de risque qui émeut, comme est ému le spectateur d’un spectacle de haute voltige. Bien souvent cependant, en littérature du moins, le voltigeur s’écrase au sol. Et puis, de temps en temps, c’est le prodige. »


Consulter ici l’intégralité de la critique dédiée à « l’Effrayable » par la librairie Ptyx.

Coup de cœur de la rentrée de la librairie Préambule, à Cassis, L’Effrayable a fait l’objet hier d’un magnifique billet sur leur blog.

« Dire que L’Effrayable est un roman fort revient à se situer réellement en deçà de l’expérience de lecture qu’il procure. Ce roman est doté d’une puissance qui va bien au-delà du « coup de poing ». Non, on tient ici un roman majeur à la thématique brillante. Je vous en supplie, faites abstraction des difficultés des premières pages, reposez sur les étals les produits formatés ou désincarnés que l’on vous vend dans toutes les pages livres des magazines, et encaissez ce chef d’œuvre qui constitue avec le magnifique Escalier de Jack de Jean Cagnard la plus belle réussite en littérature française de la rentrée. »

Consultez ici l’intégralité du billet consacré au roman d’Andréas Becker sur le blog de la librairie Préambule.